Burkina Faso – Le jardin maraicher de Doulou, un rêve en 2013 une réalité en 2016

Par Martine G. | Frères de Sens | Novembre 2016

Le rêve, une activité de maraichage, génératrice de revenus, pour améliorer les conditions de vie (alimentation et soins) de la centaine d’enfants pris en charge par l’AVO (Association des Veuves et Orphelins) de Koudougou. La réalité une production de 4 tonnes de légumes, céréales et fruits sur un terrain, clôturé, aménagé, divisé en parcelles, irrigué et cultivé.

image1_beneficiaires-avo

Les bénéficiaires à l’AVO faisant la queue pour le repas

Esther Yameogo, fondatrice et Présidente de l’AVO témoigne :
« Trois ans de suivi, de financement et de dur labeur des équipes Burkinabè soutenues par Frères de Sens, grâce à ses donateurs, auront été nécessaires pour que ce rêve d’agriculture intensive devienne réalité. Les deux hectares de friches sont aujourd’hui un jardin maraicher de référence dans la région de Koudougou avec un système d’irrigation par goutte à goutte alimenté par un réservoir en aluminium de grande capacité, des capteurs solaires pour accroitre les capacités de pompage, des batteries pour augmenter la puissance d’accumulation de l’énergie, le forage d’un puits complémentaire pour l’arrosage en saison sèche et l’achat de 3 bovins dont les bouses alimentent un bio digesteur et les transforment en fertilisants naturels. »

Un projet innovant et formateur
Une histoire humaine nourrie, au gré des saisons, de joies et de déceptions aussi, avec l’échec de certaines cultures, l’obsolescence et sous-dimensionnement du premier réservoir d’eau, des pluies moins abondantes qui ont conduit les villageois à tirer l’eau dans le jardin, ce qui à mener à des conflits avec les villageois…. L’acquisition de l’expérience fut douloureuse et formatrice.

Les étapes de cette histoire

2013 Achats du matériel et installation
Après la phase de mise en concurrence des fournisseurs et la fourniture de pro forma, les matériels ont pu être achetés : 2 réservoirs de 1000 litres chacun qui serviront à alimenter le système d’irrigation par goutte à goutte, 2 capteurs solaires montés sur un support, un contrôleur, un convertisseur, des batteries et tuyaux pour le système d’irrigation.

Préparation du terrain pour le défricher, le diviser en parcelles et le grillager
Le village a décidé d’affecter quotidiennement 20 personnes pour les travaux de préparation du terrain devant servir de site d’implantation et d’exploitation. Des femmes et des hommes se sont ainsi acquittés bénévolement des tâches de désherbage assignées.

Installation du système d’irrigation
Dès novembre 2013, pour gagner du temps, le technicien de plomberie commence la mise en place des tuyaux d’adduction d’eau du système d’irrigation goutte-à-goutte. Puis Issa, le maître jardinier poursuit l’installation jusqu’à sa complète installation.

« Une petite quantité d’eau arrose régulièrement là où les racines sont concentrées. Ce procédé d’arrosage permet de diminuer les coûts de production ainsi que la charge de travail, l’arrosage ne se faisant plus manuellement » Issa

2014 – Formation des agricultrices et déploiement du maraichage
image13_femmes-du-village-dans-le-jardinDix femmes du village de Doulou suivent une formation à l’utilisation du système d’irrigation, aux techniques de production et d’utilisation de la fumure organique par les fosses fumières ; les techniques de production et de conservation des produits maraichers leur sont expliquées et elle sont sensibilisées et formées aux bonnes pratiques en matière de traitement phytosanitaire avec des produits respectueux de l’environnement.

 

image14_les-10-cultivatrices

Les 10 cultivatrices

 

En échange de leur travail sur le terrain, une surface leur est attribuée, réservée à leur famille. Marguerite, Julienne, Matmata, Catherine, Christine, Myriam, Angèle, Marianne, Céline et Hélène ont de 5 à 9 enfants. Elles cultivent leurs propres légumes pour les vendre et ainsi acheter des vêtements, chaussures et médicaments pour leurs enfants.

Parallèlement, un réservoir supplémentaire de 3000 litres d’eau est installé et l’exploitation se concrétise avec les premières récoltes de choux, tomates, oignons, aubergines locales et piments, sous l’œil vigilant d’Issa.

Novembre 2014, nous avons été sur place. SURPRISE !
Nous étions attendus de pieds fermes… Esther Yaméogo, Présidente de l’AVO et Baggio, coordinateur de Frères de Sens pointaient leur nez derrière le portail flambant neuf avec malice pour une visite guidée !
image14_portail

2015 – Protection du polytank, forage d’un puits et extension des cultures
image15_reservoir-principal
Le réservoir principal, est protégé d’une toiture. En effet,
son rôle est essentiel pour le maraichage car il alimente le système d’irrigation sur le terrain cultivé.
Cette protection l’abrite du soleil (saison sèche) et des pluies torrentielles (saison humide) pour prolonger sa durée de vie, car sans eau, pas de cultures…

image16_puitsSur les 4 forages existant, 2 étaient hors service. Nous avons pu réunir la somme nécessaire pour commencer le forage en juillet. A fin août, les villageois ont à leur disposition un puits d’un diamètre de 2 mètres équipé d’une margelle. Les utilisateurs l’ouvrent puis le ferment pour éviter que des déchets ou petits animaux ne tombent dans le puits et compromettent la potabilité de l’eau. Cette margelle est équipée de poulies qui facilitent la remontée de l’eau.

image17_groupes-dentretien-autour-du-puitsFini, les conflits d’approvisionnement en eau, entre la population rurale de Doulou et les équipes travaillant sur le terrain de maraichage !
Des femmes du village se sont engagées à protéger le puits et son environnement afin que l’eau reste potable. Pour ce faire, un comité veille à organiser des groupes d’entretien autour du puits qui travaillent de façon rotative, ainsi tous les usagers sont impliqués.

Le jardin est luxuriant en saison humide : laitues, piments, aubergines locales, haricots blancs et gombo poussent, et de belles surfaces sont dédiées au maïs et aux arachides. 80 plans de papayers ont été plantés Il y a aussi quelques moringa, des arbres dont le fruit est riche en protéine végétale et qui a des vertus thérapeutiques. La pépinière accueille des oignons pour un repiquage. L’essai avec les pastèques a été concluant, l’expérience sera donc reconduite. Pour les tomates, aubergines et piments qui ont tous été arrachés à la saison précédente en raison d’une maladie, de nouveaux semis, adaptés seront achetés pour retenter l’expérience à la saison sèche.

2016 –Valorisation des déchets en fertilisants et remplacement du réservoir principal
L’AVO, grâce à la persévérance d’Esther, sa Présidente, a bénéficié du programme national de promotion de la production du biogaz et obtenu subvention et soutien technique du Ministère de l’Agriculture burkinabè pour la construction d’un bio digesteur (construction dans le sol, destinée à recevoir des déjections d’animaux mélangées à l’eau en vue de produire du gaz appelé biogaz).
Frères de Sens, toujours attentif à l’évolution de la production et des installations financées depuis 2013, a pu satisfaire la demande de l’AVO pour l’achat d’un taureau et de deux vaches ainsi que leur suivi sanitaire et vétérinaire pendant une année. Leurs noms : Wouri, le bœuf, Gwawel et Lobbel ses compagnes, soit en langue Peul « Survivra », « La Belle » et « Tachetée ». Le rôle de ces bovins a toute son importance puisque leurs excréments, mélangés avec de l’eau par les agricultrices, alimentent le bio digesteur.

Le 17 septembre, une quinzaine de membres du comité de pilotage du Programme National Bio digesteurs (PNB) se sont déplacés à Doulou pour une visite guidée du terrain de maraichage. Une belle reconnaissance de tout le travail accompli et c’est avec un grand enthousiasme qu’Esther a loué l’utilité des bio digesteurs.

« Il nous facilite beaucoup la tâche à travers la fourniture du gaz pour la cuisson des aliments de la famille, et l’éclairage des concessions. Dans ce jardin de 2 ha cultivé, nous utilisons le compost organique obtenu pour fertiliser naturellement la terre… »

Enfin, en juin 2016, Frères de Sens a financé l’acquisition d’un château d’eau de 15 000 litres en aluminium mettant ainsi fin aux problèmes de dégradation des poly tanks en plastique qui s’étaient fissurés ainsi que du réservoir principal qui ne se remplissait plus. L’irrigation par le goutte à goutte est ainsi assurée pendant les saisons sèches pour plusieurs années.

Fin 2016, la pérennisation de ce beau projet est amorcée

Avec ce témoignage d’Esther :

« Sa pérennité dépendra de notre ardeur assurée à transformer ce projet innovateur en réussite totale. Nous sommes conscients des efforts inestimables que notre partenaire « Frères de Sens » a consenti depuis l’initiation de cette aventure. Ainsi, nous prenons l’engagement de poursuivre sans cesse l’atteinte de nos objectifs de production et vente d’au moins 4 tonnes de légumes et céréales par an ; ils donnent tout leur sens aux efforts déjà consentis. »image27_legumes-recoltes

« Nous adressons nos remerciements et notre reconnaissance à Frères de Sens pour son accompagnement fait de confiance et d’opiniâtreté depuis déjà trois ans. Ce partenariat en toute amitié, témoigne d’un engagement solidaire exemplaire car rappelons-le, ce jardin maraicher participe à la survie de plus de 100 enfants vulnérables. Des enfants frappés par une situation d’orphelins et par une pauvreté. »

« Ce fut un réel plaisir de travailler ensemble. Aujourd’hui, nous constatons l’évolution substantielle des revenus qui concourront à notre autonomie. Les solutions apportées sans cesse pour l’atteinte de ces résultats démontrent à jamais que sans Frères de Sens, un tel projet avec autant d’impondérables n’aurait pas vu le jour. »

ET DEMAIN ?

Dans le but de gagner une autonomie durable, l’AVO a conçu un projet de transformation/ commercialisation de produits issus du moringa oleifera dont les feuilles et graines ont un fort potentiel nutritionnel et des propriétés médicales extrêmement intéressantes. Grâce à un programme du Ministère de l’Environnement du Burkina Faso, l’AVO dispose actuellement de 1000 arbres de cette espèce sur son site de Doulou. Il est prévu une extension de 10 000 plants sur 2ha. Les produits très variés de cet arbre miraculeux font l’objet d’une demande nationale et internationale loin d’être satisfaite. C’est dire que cette initiative est véritablement viable.
Ce jardin maraicher a réussi à devenir une référence et son rayonnement dépasse la région de Koudougou ; de nombreuses associations et organismes officiels se rendent sur le terrain avec intérêt pour échanger, partager cette expérience sur le site de production et effectuer des visites d’études.

Tous nos vœux de réussite et de longévité les accompagnent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s