BENIN – A Natitingou l’atelier de couture est enfin reconnu et protégé

Pendant que les machines à coudre, à broder et à surfiler s’acheminent vers l’orphelinat « La Paix de Natitingou, Camille a été inscrite au bureau des artisans; ses diplômes sont validés et elle peut exercer son métier de formatrice à la couture tout en suivant une formation de mise à niveau en alternance.

Il était important de passer par ces étapes officielles pour assurer la viabilité dans le temps de l’atelier de formation dans l’enceinte de l’orphelinat pour que les adolescentes y apprennent un métier. C’est chose faite ! Camille, dont le nom officiel est Ifeiyohou Kanti Kémi bénéficie maintenant d’un vrai statut.

L’atelier de formation existe

L’AHIP, Association des Habilleuses des Initiatives de Progrès se sont déplacées pour vérifier que le diplôme de Camille était conforme afin de valider son inscription en tant que formatrice d’un atelier de formation.

Diplôme Camille

Mais avant cela, il a fallu s’assurer auprès de son mari qu’il donne son accord pour qu’elle suive une  formation en dehors de l’enceinte de l’orphelinat et qu’elle y exerce un vrai  métier. Sanny a utilisé toute sa force de persuasion pour le rassurer et le convaincre !

Une formation en alternance

Le maître couturier, brodeur, tailleur Arame Issiada s’est engagé à  partager son savoir et ses bonnes pratiques avec Camille dont il prend en charge la mise à niveau depuis le 15 février pour une durée de 3 mois.  Sa formation se déroulera en alternance dans l’atelier d’Arame, et à l’orphelinat avec les autres apprenties. Ainsi il se donne d’occasion d’optimiser la créativité des apprenantes dans leur environnement de travail avec leurs propres machines à coudre.

« C’est vraimeportrait maître de stagent important d’avoir aussi  un regard sur les apprentis, d’échanger et de partager avec elles pour mieux les guider. Dans leur atelier, je peux aussi m’assurer que Camille maîtrise  les machines à disposition et que la formation que je lui dispense est assimilée. Dès que cette étape sera franchie, nous pourrons aborder  les techniques de coupe, de réalisation de modèles et j’espère, la création de patrons pour concevoir les vêtements. »

Equipement de l’atelier. « Tout est en ordre » !

C’est monsieur Barthélemy, spécialiste à Cotonou, qui a préparé, nettoyé et emballé les machines. La machine à surfilage a été  montée  et testée!.
Le technicien arrivera mardi  avec le reste du matériel pour tout mettre en place à  l’atelier et donner les explications nécessaire.

Installation coordonnée et rapide sous le regard curieux et bienveillant de toutes les apprenties

Grâce à Sanny qui a pris très à cœur le suivi de ce projet tant attendu, le matériel  aussitôt arrivé, est déballé et mis en place dans la  même  la journée. Jules, le technicien travaille avec méthode et efficacité.

Le lendemain, après la mise en place de la sur-fileuse, il  en a profité pour réviser les anciennes machines à coudre dans la foulée.

Jules entretient les anciennes machines

Mise en marche et formation à l’utilisation

Le montage se déroule en présence de Camille (Kémi), la responsable des couturières et toutes les apprenties qui vivent ces instants comme dans un rêve.

De nouveaux outils c’est bien, mais sans une démonstration et les explications qui vont avec, c’est encore mieux. Les apprenties sont attentives, Kémi est appliquée.

Le sourire de Kémi exprime toute sa joie devant la toute nouvelle sur-fileuse !

Sourire de Kami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s