Latrines publiques à Adjarra

A propos des latrines:

Au-delà du rôle fondamental qu’elles jouent en matière d’hygiène et d’assainissement de base, les latrines constituent un véritable indicateur de santé publique. A défaut d’avoir des latrines pour chaque maison, les populations des localités rurales du Bénin optent pour la construction de latrines communautaires. Certaines familles en fonction de leur taille parviennent à se construire leurs latrines. Mais un grand nombre de personnes continuent de faire de la brousse leur lieu d’aisance, faute de latrines ; ce qui reste un problème fondamental.

 A Adjarra, dans le quartier Aholouko, se trouvent des latrines à usage public dont l’état constitue une urgence socio-sanitaire. Elles ne sont pas couvertes et mettent en évidence une insécurité remarquable. En effet, les eaux de pluie qui s’infiltrent dans le sol érodent la terre autour de la fosse, ce qui à long terme peut entraîner l’affaissement de la dalle. De plus, le trou à ciel ouvert expose l’air ambiant à la pollution par les odeurs et entraîne le fourmillement de certaines bestioles (moustiques, cafards) vecteurs potentiels de maladies.

Présentation du projet:

Conformément à ses objectifs de protection sanitaire des couches sociales défavorisées et dans le but d’aider les habitants du quartier Aholouko à réhabiliter leurs latrines, l’association Double Sens Bénin envisage de : 
 Construire une cabine (mur, toit, porte, ouvertures d’aération) pour couvrir la fosse qui existe déjà 
 Surmonter le trou d’un ouvrage en ciment 
 Disposer dans la cabine des supports pour vêtements et papiers de toilette 
 Badigeonner la cabine et y inscrire un écriteau à l’effigie de Double Sens Bénin

 

Ouverture au public en septembre 2009.

Travaux exécutés

1- Section de l’entreprise

Les travaux ont été confiés à une entreprise sélectionnée suite à une consultation restreinte faite à Adjarra avec l’implication active des populations et du représentant de l’association à Adjarra.

2- Construction de la latrine

La construction de la latrine a commencé par la fosse d’aisance qu’il a fallu creuser dans le sol à une profondeur indiquée par les services d’études sanitaires de la commune. Cette profondeur tient fondamentalement compte de la nappe phréatique et de la densité du sol. 
Un mur a été érigé du fond de la fosse jusqu’au niveau du sol. Sur ce mur a été posé la dalle avec à son centre le trou. 
Ensuite, il a fallu construire la cabine de la latrine et la couvrir d’un toit. Les murs de la cabine prévoient des ouvertures pour les courants d’airs. Une porte métallique a été installée également. 
Le trou au centre de la dalle est surmonté d’ouvrage en mortier massif couvert de carrelage. 
Les travaux ont duré plus de temps que prévu à cause de la pénurie de ciment.

Résultats réalisés et impact

Aujourd’hui à Aholouko, la question des latrines a cessé d’être un problème. 
Une communication a été faite au sujet de la construction de la latrine en vue de son utilisation par les populations ainsi que de son entretien. Désormais à Aholouko, il existe une latrine normale à usage collectif et il est certain que les actes de « selles en plein air » disparaissent. Les voyageurs de Double Sens et autres personnes de passage à Aholouko disposent de latrine pour leur besoin. 
La réduction des cas de certaines maladies comme la fièvre typhoïde est attendue à moyen et long terme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s